UA-113235917-1
Moulin David Place des Quatre-Vents 01220 DIVONNE-LES-BAINS      FRANCE
ECLAIRAGE ELECTRIQUE DANS NOTRE REGION
Débuts de l’éclairage électrique dans nos régions 1882 Lausanne fut parmi les toutes premières villes suisses à accueillir une centrale alimentant un réseau de lampes à incandescence. Mise en activité en avril 1882, l’installation de la Société Suisse d’Electricité (SSE) était modeste : une dynamo Gamme de 20 CV alimentait quelques dizaines de lampes dans les magasins, restaurants et hôtels du centre de la ville. Elle utilisait l’énergie hydraulique. 1884 Bellegarde-sur-Valserine - Le 4 août 1884, inauguration en grandes pompes de l’installation construite par l’ingénieur suisse Louis Dumont : un barrage sur la Valserine alimente une centrale équipée de trois turbines développant une puissance de 2000 chevaux. La centrale éclaire quelques rues de la ville et dessert des entreprises alentour. Chute d’eau de 30 mètres, 5000 litres par seconde. L’appareil électrique se compose de deux petites machines Gramme à courant continu auto-excitatrices dont les anneaux induits font environ 600 tours/minute. Toutes les lampes sont du système Edison. La concession de l’éclairage électrique de la ville est accordée à Louis Dumont. L’usine fonctionnera jusqu’en 1948. Genève : Démonstration spectaculaire - Illumination du hall du Grand-Théâtre par la Société d’Appareillage Electrique qui exploite les brevets Edison pour la Suisse et a déjà posé des éclairages électriques dans des maisons privées. La Roche-sur-Foron : Démonstrations organisées par des élus impressionnés par l’expérience bellegardienne, en novembre 1884. Ils espèrent convaincre les Rochois de l’intérêt de l’éclairage électrique public. Les Rochois sont méfiants. 1885 La Roche-sur-Foron : un bal éclairé à l’électricité emporte finalement l’adhésion des Rochois. Le 1er octobre 1885, 300 ampoules à incandescence Edison éclairent les rues. L’installation provient de la Compagnie De Meuron-Cuénod basée aux ateliers de Sécheron à Genève. Le Genevois René Thury, ancien collaborateur d’Edison, a conçu la dynamo hexapolaire qui a reçu le 1er prix de l’exposition internationale de Turin. Le débit du Foron étant variable, il a fallu créer deux bassins et installer une locomobile vapeur à utiliser en cas de manque d’énergie hydraulique. 1887 Divonne-les-Bains : Une canalisation de gaz est défectueuse. Un administrateur de la Société des Bains, Eugène Goudard, propose de remplacer l’éclairage au gaz des Grands Hôtels par l’éclairage électrique. Il loue la force motrice de sa diamanterie du Moulin David, pour un essai. Une dynamo est accouplée aux roues et produit de l’électricité en courant continu. Genève : La Société d’Appareillage Electrique, fondée en 1883, investit le Bâtiment de la Machine (usine de pompage au Pont de la Machine), et installe une centrale équipée d’une turbine couplée à six dynamos hexapolaires système Thury, de 100 CV chacune, ce qui permet d’éclairer les Rues Basses, le quartier des banques, Saint-Gervais. Les réseaux de distribution d’eau sous pression ont facilité l’implantation de l’éclairage électrique. 1888 Divonne-les-Bains : L’essai au Moulin David a satisfait les administrateurs de la Société des Bains. Monsieur Goudard fournit à la Société «la force hydraulique nécessaire pour actionner la machine dynamo et éclairer 250 lampes moyennant un prix annuel de deux mille francs.» Eclairage 110 volts. La roue est remplacée par une turbine. La «machine dynamo» produit du courant continu. Moulin de Richelien : A Collex-Bossy, sur la Versoix, le moulin datant du XVème siècle, qui produisait de la farine de froment, d’orge et de seigle, est transformé en micro-centrale électrique. Le courant est distribué aux fermes des environs. Modernisé à deux reprises, il est toujours en service. Alby-sur-Chéran : Un Albygeois, Monsieur Mugnier, scieur à la Maladière, construit un barrage en bois. Il fait creuser un canal de dérivation le long de la rive droite du Chéran et y adjoint une dynamo, fournissant ainsi l’éclairge au Bourg et au Pont-Neuf. Le barage sera reconstruit en béton en 1904. Il a produit de l’électricité jusqu’en 1927. 1890 Genève : Usine de la Coulouvrenière (Bâtiment des Forces Motrices) - On installe un turbo-alternateur qui alimente les quartiers plus lointains (Ville Haute et Pâquis). 1895 Barrage de Chèvres (Genève) : Mise en fonctionnement de l’usine hydroélectrique du barrage de Chèvres (commune de Bernex). Il a fonctionné jusqu’en 1943 (date de construction du barrage de Verbois). Il a suffi à éclairer Genève jusqu’en 1918, date à partir de laquelle il a fallu faire venir de l’électricité du Valais. 1896 Genève : La centrale de la Coulouvrenière est couplée à l’usine de Chèvres. Le bâtiment de la Machine devient le siège du Service Electrique de Genève. Divonne-les-Bains : La Société Anonyme des Bains achète le Moulin David aux héritiers d’Eugène Goudard (décédé l’année précédente) avec son installation hydroélectrique qui devient donc une usine privée, produisant du courant continu pour l’éclairage des Thermes et des hôtels des Bains. Retour à l’accueil