UA-113235917-1
Ampère ( A )
Moulin David Place des Quatre-Vents 01220 DIVONNE-LES-BAINS      FRANCE
André-Marie  AMPERE (1775-1836)
Natif de la région lyonnaise, le jeune André-Marie, fils d’un négociant en soie guillotiné en 1793, sera destabilisé par cette condamnation. Il avait, jusque là, étudié assez librement, en autodidacte, s’inspirant assez largement de « l’Histoire naturelle » de Buffon » et de « l’Encyclopédie* de Diderot et d’Alembert, ouvrages présents dans la bibliothèque partenelle. Ce sera ensuite la découverte des mathématiques qui se transformera en passion pour l’algèbre, avant de s’intéresser aux travaux d’Euler et Bernoulli. Quasiment sans le sou, Ampère doit attendre 1799 pour épouser une certaine Julie Carron dont il est épris depuis 1796…Le couple aura un fils, Jean-Jacques, prénommé ainsi en souvenir du grand-père exécuté. Marié, Ampère installe chez lui un petit laboratoire et donne des cours de maths, physique et chimie. On le retrouve ensuite à Bourg-en-Bresse comme professeur puis de nouveau à Lyon, juste au moment où sa femme, malade, décède en 1803. Déboussolé, Ampère se rend à Paris et trouvera un poste de répétiteur à Polytechnique. Il se remarie en 1806, union de laquelle naîtra une fille, Mais le couple ne dure pas et c’est la séparation en 1807 déjà. Assailli de doutes, Ampère se tourne aussi vers la philosophie, en plus de son enseignement technique à Polytechnique, à l’Académie des sciences et au Collège de France. Inspecteur général de l’Université, il passe beaucoup de temps à visiter les lycées de France. C’est au cours d’un voyage qu’il décèdera à Marseille, en 1836. Il sera inhumé, dit-on, dans l’indifférence Concernant ses travaux personnels, on retiendra qu’Ampère s’est illustré surtout en électricité. Il est de fait le créateur de l’électromagnétisme, à la suite notamment de l’expérience de Oersted qui montre qu’un courant dévie une aiguille aimantée. Il ne faudra que quelques jours à Ampère pour expliquer le phénomène....Maxwell l’avait d’ailleurs surnommé le « Newton de l’électricité ». Il démontre également que deux courants fermés interagissent. L’homme de science ira ainsi de découverte en découverte. Appuyé sur ses travaux théoriques, Ampère sera à l’origine du télégraphe électrique, du solénoïde, de l’électroaimant (avec Arago), ainsi que le galvanomètre. Ce n’est pas sans raison que son nom a été donné à la tension, une des sept unités fondamentales du système international. Ampère a non seulement démontré les phénomènes mais leur a donné un nom : par exemple le courant et la tension !
Il s’agit de l’unité de mesure de l’intensité d’un courant électrique. Le symbole en est A.